28.07.22
14:59

Les débris d'une énorme fusée chinoise pourraient tomber sur Terre la semaine prochaine

Les restes de l'énorme fusée chinoise qui a livré lundi un nouveau module à la station spatiale chinoise devraient retomber sur Terre au début de la semaine prochaine, selon l'US Space Command, qui suit la trajectoire de la fusée.

La fusée de 23 tonnes a décollé le 24 juillet et le module s'est amarré avec succès à l'avant-poste orbital de la Chine. Après cette mission, la fusée a entamé une descente incontrôlée vers l'atmosphère terrestre et l'on ne sait pas exactement où elle va atterrir. Cette descente incontrôlée marque la troisième fois que le pays est accusé de ne pas gérer correctement les débris spatiaux provenant de l'étage de sa fusée. 

Les débris spatiaux présentent un risque extrêmement minime pour les humains. Mais il est possible que des parties plus grandes puissent causer des dommages si elles atterrissent dans des régions habitées. La zone de rentrée de la fusée était géographiquement limitée entre les latitudes de 41 degrés sud et 41 degrés nord de l'équateur. Le commandement spatial américain a déclaré qu'il suivrait la chute de la fusée chinoise vers la Terre, selon un porte-parole.

En raison des conditions atmosphériques variables, le point exact d'entrée de l'étage de la fusée dans l'atmosphère terrestre "ne peut être déterminé qu'à quelques heures de sa rentrée dans l'atmosphère", mais on estime que la fusée devrait rentrer dans l'atmosphère terrestre vers le 1er août.

L'année dernière, la Chine a été fortement critiquée pour sa gestion des débris spatiaux après avoir lancé un autre module sur une fusée similaire. Ses débris ont plongé dans l'océan Indien, près des Maldives, dix jours après le lancement.
La NASA a déclaré que la Chine n'avait pas "respecté les normes de responsabilité".

"Les nations spatiales doivent minimiser les risques pour les personnes et les biens sur Terre des rentrées d'objets spatiaux et maximiser la transparence concernant ces opérations", avait alors déclaré Bill Nelson, administrateur de la NASA.
La Chine a répondu aux critiques en accusant les États-Unis d'avoir "exacerbé les craintes" concernant la rentrée de la fusée et a accusé les scientifiques américains et la NASA d'avoir "agi contre leur conscience" et d'être "anti-intellectuels".

Partager cet article

Partager cet article

En lien avec l'article