12.07.22
19:33

Huit candidats sont en lice pour devenir le prochain Premier ministre britannique

Huit candidats sont officiellement en lice pour devenir le nouveau dirigeant du Parti conservateur et in fine le prochain Premier ministre du Royaume-Uni, a indiqué mardi le parti.

Rishi Sunak, Liz Truss, Tom Tugendhat, Penny Mordaunt, Kemi Badenoch, Nadhim Zahawi, Jeremy Hunt et Suella Braverman ont rassemblé les 20 parrainages nécessaires, a indiqué Graham Brady, président du groupe parlementaire conservateur chargé d'établir les règles du scrutin.

Le successeur de Boris Johnson sera annoncé le 5 septembre, à l'issue d'une campagne marathon durant laquelle le Premier ministre britannique ne soutiendra aucun des candidats en lice pour le remplacer à Downing Street.

Un premier tour pour commencer à éliminer les candidats est prévu dès mercredi, a annoncé lundi soir Graham Brady, président du comité 1922, groupe parlementaire conservateur chargé d'établir les règles du scrutin. 

Un deuxième tour suivra jeudi, un troisième si nécessaire lundi prochain. L'objectif est de n'avoir plus que deux candidats avant les vacances parlementaires qui commencent le 22 juillet.

Les candidats auront besoin d'au moins 20 parrainages pour que leur candidature soit acceptée, et à chaque tour du soutien du vote d'au moins 30 députés du parti.

Le vote final pour désigner le nouveau chef du parti conservateur, qui deviendra Premier ministre, les conservateurs étant majoritaires à la Chambre, est ouvert uniquement aux adhérents du parti.

Boris Johnson a annoncé lundi qu'il ne soutiendrait aucun candidat, dans une course déjà brutale et qui pour certains ne devrait durer que quelques jours. 

"Je ne voudrais pas nuire aux chances de qui que ce soit en offrant mon soutien", a déclaré M. Johnson lors de sa première apparition publique depuis sa démission fracassante jeudi dernier, provoquée par une mutinerie au sein de son gouvernement lassé des scandales et de ses mensonges.

M. Johnson, qui restera à Downing Street jusqu'à l'arrivée de son successeur, a aussi affirmé qu'il était "déterminé à poursuivre le mandat qui nous a été confié" et que le prochain chef du gouvernement aurait "un très bon programme à poursuivre". Il s'est refusé à dire s'il se sentait trahi par les événements de la semaine dernière. "Je ne veux rien dire de plus sur tout ça", a-t-il ajouté lors de la visite d'un laboratoire.

Partager cet article

En lien avec l'article