20.06.22
19:53

132 civils tués par de présumés jihadistes au Mali, annonce le gouvernement

Plus de 130 civils ont été tués au cours du week-end dans trois localités voisines dans le centre du Mali lors d’attaques attribuées à des jihadistes, a indiqué le gouvernement lundi.

Le bilan des attaques perpétrées dans la nuit de samedi à dimanche à Diallassagou et dans deux autres localités du cercle de Bankass "fait état de 132 civils froidement tués par les combattants de la Katiba du Macina de Amadou Kouffa", organisation affiliée à Al-Qaïda, a rapporté le gouvernement dans un communiqué.

La situation sur place donnait lieu à des informations contradictoires, un élu s'exprimant sous le couvert de l'anonymat pour des raisons de sécurité rapportant que les violences se poursuivaient, un autre à Bamako, Nouhoum Togo, indiquant que l'armée régulière avait pu se rendre sur place, ce qui avait permis de dénombrer les morts.

Nouhoum Togo a fait état sur les réseaux sociaux d'un nombre de victimes encore bien plus élevé.

Le Mali et le Sahel central sont confrontés depuis des mois à une succession de massacres de civils imputés aux jihadistes.

Le Mali est plongé dans une profonde crise sécuritaire, politique et humanitaire depuis le déclenchement d'insurrections indépendantiste et jihadiste en 2012. La propagation jihadiste a gagné le centre et les pays voisins, Burkina Faso et Niger. S'y ajoutent les violences intercommunautaires et crapuleuses.

Partager cet article

En lien avec l'article