01.06.22
07:55

"Quand on voit la spéculation, il faut produire du logement, sinon ce sera encore plus inabordable pour les Bruxellois"

Rudi Vervoort, ministre-président de la région de Bruxelles-Capitale, était l'invité de Martin Buxant.

La commission des Affaires intérieures du parlement bruxellois a donné son feu vert au projet d’ordonnance réformant les règles dans le secteur des taxis et autres formes de transport rémunéré des personnes. Le fameux "Plan taxi" déposé par le ministre-président bruxellois sera voté en plénière vendredi. Au micro de Martin Buxant, Rudi Vervoort est revenu sur l'émulation autour du "plan taxi".

"Je pense qu'il y a une instrumentalisation et une forme de buzz qui est donnée aussi par un certain nombre d'opérateurs, notamment Uber qui voit ça d'un assez mauvais œil. Car à la fois, on augmente le contrôle sur leur mode de fonctionnement et l'idée que nous poursuivons, c'est de mettre au-devant de la réforme les chauffeurs eux-mêmes et de faire en sorte que l'on ait un statut unifié, et dans le même temps qu'au travers de la tarification, là aussi, on a des oppositions, on protège aussi le client. C'est à la fois garantir un statut qui soit rentable pour les chauffeurs. C'est ça aussi qui soit supportable économiquement pour les utilisateurs."

Le ministre-président évoque aussi la diminution du pouvoir d'achat et les difficultés d'accès au logement. 

"Ce à quoi nous devons être attentifs, c'est effectivement le logement, l'accessibilité, la production de logements. C'est le plan du logement porté par Nawal Ben Hamou. C'est toute une série de mesures. On veut favoriser l'accès à la propriété et une diminution des droits d'enregistrement. Ce sont nos leviers, nous les activons. Est ce suffisant ? Certainement pas. Mais voilà, on sait qu'il y a aussi une nécessité de produire du logement. C'est un débat que nous avons aussi au niveau de la majorité. Certains pensent que tout va bien qu'il y a assez de logements. Quand on voit la pression sur les prix, quand on voit la dimension spéculative, il faut produire du logement. Sinon, ce sera encore plus inabordable pour un certain nombre de Bruxellois. Ce n'est pas ce que je veux."

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans la vidéo ci-dessus.

Partager cet article